Rwanda, le président Macron va-t-il enterrer les archives françaises en guise de « travail de mémoire » ?

En 2018, le président Emmanuel Macron annonçait une initiative sur la recherche concernant le rôle de la France dans le génocide des Tutsi et faisait une ouverture sur… l’ouverture des archives, tout en prenant de multiples précautions sur la difficulté de faire déclassifier ces documents qui sont bouclés depuis 25 ans, alors qu’ils sont censés retracer une opération « humanitaire » selon la version officielle.

« ce travail de mémoire, c’est un impératif et un devoir […] nous le devons aux victimes, nous le devons aux rescapés, nous le devons aussi aux soldats de l’armée française.
Un travail de déclassification [des archives] a été engagé. Je ferai en sorte qu’il se poursuive […], je considère que c’est un élément important.
Il est temps de mener un travail [de mémoire] apaisé, documenté et d’y consacrer les moyens nécessaires. […] C’est ce que nous allons entreprendre en confiant cette tâche à un groupe de chercheurs qui sera constitué dans les mois à venir et qui sera chargé de faire progresser notre connaissance, justement, d’un des pires drames de la fin du XXème siècle. 
»

Les archives les plus intéressantes sont sans aucun doute à l’institut François Mitterrand que préside Hubert Védrine, l’homme qui ne doute de rien. Puis dans l’ordre d’intérêt, viennent évidemment celles du ministère de la Défense, tout particulièrement les « brillantes » analyses de la DRM (direction du renseignement militaire) taraudée de protéger un régime indéfendable, et bien sûr les archives de l’opération Turquoise, l’intervention « humanitaire » de la France au Rwanda pendant le génocide des Tutsi.

Quel rôle la France a réellement joué dans le génocide des Tutsi au Rwanda ?

La version officielle de cette opération est bien connue, elle a encore été rappelée par l’ancien chef d’état-major des armées, l’amiral Jacques Lanxade, lors d’une conférence organisée à Sciences Po Paris le 20 mars 2019, une opération strictement humanitaire. « Circulez, il n’y a rien à voir » a répété celui qui explique sans sourciller ce que nous devons en penser, alors même que les témoignages se multiplient sur la duplicité de l’intervention française, de l’adjudant-chef Thierry Prungnaud au général Jean Varret. Une intervention décidée par l’Elysée, qui a apporté un soutien de fait aux génocidaires.

Mais l’amiral Lanxade a annoncé à cette occasion, avec un sourire en coin, qu’une « commission est mise en place sur le Rwanda »  qui montrera « qu’il n’y a rien dans les archives », il faut donc s’attendre au pire.

Voir l’article de Jean-François Dupaquier

Nous attendons une commission d’historiens et de chercheurs avec un accès réel à toutes ces archives, faut-il craindre que le président de la République n’ait pas le courage d’aller au-delà d’un débat tronqué,  débarrassé de tout contradicteur et limité à un accès aux archives fléchées par ceux-là même qui sont mis en cause ?

Ce serait regrettable, car la seule chose qu’attendent les rescapés du dernier génocide du XX° siècle comme les Français qui s’intéressent à ce drame, c’est de connaître la vérité.

Le président Macron marcherait alors dans les pas de son prédécesseur, le courageux François Hollande qui avait annoncé l’ouverture des archives en 2015 pour neutraliser le débat et qui s’était bien gardé de le faire en réalité.

Ce ne sont pas les archives qui seraient enterrées par le président de la République française, c’est notre mémoire et notre honneur.

Extrait de Rwanda, la fin silence, les Belles Lettres, collection Mémoires de guerre, Paris, 2018.

Encore faudrait-il avoir accès aux archives sur le rôle de la France au Rwanda qui restent largement filtrées, voire interdites, malgré les annonces officielles et les promesses présidentielles. Le président de la République François Hollande a annoncé lui-même en 2015 qu’elles seraient (enfin) ouvertes.
Mais ces archives sont demeurées inaccessibles, la palme de la mauvaise foi revenant à la mandataire des documents de François Mitterrand pour qui ces papiers sont « déclassifiés, mais non consultables ». C’est la réponse faite par écrit à un ami scientifique, François, qui n’est pas sans rappeler cet ordre que j’avais reçu pendant le siège de Sarajevo, « riposter, sans tirer »… ”

L’Etat français a-t-il rompu avec cette politique de déni face au génocide des Tutsi au Rwanda ?

Le ministère des Affaires étrangères vient de publier sur son site internet un communiqué pour le moins surprenant concernant le Rwanda,

A la question « à quelques jours de la commémoration du génocide rwandais [sic], l’ouverture promise des archives françaises est-elle effective ? La commission d’historiens franco-rwandaise annoncée par le président Emmanuel Macron a-t-elle commencé ses travaux ? », le ministère des Affaires étrangères répond, sans scrupules, « qu’un travail important a déjà été effectué en matière de communication et de déclassification des documents concernés. Il se poursuit, en coordination avec les autres ministères compétents. »

la culture du silence

En réalité, le problème est que rien n’a été fait sur ces sujets : aucun document n’a en effet été déclassifié et l’Institut François Mitterrand, présidé par Hubert Védrine, continue à répondre que les documents sensibles de l’Elysée sont « ouverts mais non consultables ».
Quant à la ministre de la Défense, Florence Parly, elle a exprimé en juin 2018 une position pour le moins fermée aux députés, en affirmant que « certains tentent de réécrire l’Histoire et tiennent des propos inacceptables » et elle n’a fait procéder à aucune déclassification de ces archives, parmi lesquelles celles de la Direction du renseignement militaire seraient pourtant lourdes  d’enseignement.

Les rares documents publiés récemment sont issus d’enquêtes judiciaires et ont été révélés par des journalistes d’investigation, comme cette note de la DGSE du 22 septembre 1994 qui informait nos décideurs de la réalité de l’assassinat du président Habyarimana par des extrémistes hutu, ce qui n’a pas empêché les autorités françaises de continuer à les soutenir.

Afficher une volonté et faire son contraire est la marque de nombreux politiques, le président François Hollande avait même déclaré le 7 avril 2015 qu’il avait décidé d’ouvrir ces archives, notamment celles de l’intervention « humanitaire » de la France au Rwanda, tout en se gardant bien de le faire en réalité.
François Hollande avait sans doute été rattrapé par des documents plus que compromettants et préféré y renoncer pour préserver le président François Mitterrand et son ancien secrétaire général, Hubert Védrine.
Il aurait pu néanmoins éviter de mentir publiquement aux Français.

Ce serait presque risible s’il ne s’agissait d’un génocide, le génocide des Tutsi au Rwanda pour lequel la France a joué un rôle indécent. Et grâce à ces manœuvres dilatoires, une poignée de décideurs français peuvent échapper à leurs responsabilités en cachant depuis 25 ans des erreurs dramatiques, peut-être même criminelles.

L’Etat français a-t-il rompu avec cette politique de déni face au génocide des Tutsi ? Car le rôle de la France dans le génocide des Tutsi est d’abord l’histoire d’un déni.