À la recherche progressive de nouveaux équilibres : télétravail et relation au travail.

ED1A1F3D-2F2F-4887-9194-D946133A5907

Un changement de comportement dans les départs à la retraite ?

Pendant la période de confinement, nous avons observé à l’Agirc-Arrco un ralentissement des demandes de retraite. Nous estimons qu’une partie de ces retards était liée aux contraintes spécifiques de cette situation inédite quand bien même les demandes en ligne ont dépassé 50% de ces démarches et ne sont matériellement pas contraintes par ces questions de confinement.
De plus la situation d’incertitudes que nous traversons désormais, pour un temps indéterminé, perturbe les comportements en provoquant un phénomène assez compréhensible d’attente. A l’inverse cette forme « d’attentisme » peut être compensée partiellement par une attitude qui consisterait à décider plus vite d’un départ à la retraite, sans attendre les conséquences probables de la crise sociale et économique.
Mais un autre facteur de modification des départs à la retraite émerge, dans des proportions qui sont à ce stade impossibles à quantifier : le rapport à l’entreprise.
L’Agirc-Arrco étant le plus important régime de retraite non étatique et l’assureur de tous les salariés du privé, son constat interroge sur un mouvement qui s’amorce et auquel nous prêtons la plus grande attention :

L’utilisation élargie du télétravail va-t-elle changer la relation à l’entreprise et modifier l’âge de départ à la retraite ?

Une évolution liée à un usage élargi du télétravail ?

Le périmètre de cette question s’applique aux activités télétravaillables dont l’expérience des derniers mois montre qu’il est beaucoup plus vaste que nous ne le pensions, mais qu’il est rarement compatible avec un recours exclusif au télétravail sauf à menacer la culture, voire l’existence même de « l’entreprise »…
Ce sont des combinaisons subtiles et différenciées vers lesquelles nous cheminons, et ces nouveaux équilibres – quels qu’ils soient – devraient se traduire logiquement par un usage beaucoup plus important du télétravail, dont la première vertu est de répondre à des attentes personnelles : être moins contraint par le monde de l’entreprise et en particulier par les déplacements professionnels.

Gain de temps, d’énergie et de stress, autant de questions que nous avons éludées aussi longtemps que nous pensions ne pas avoir d’alternatives. Mais au-delà de cette question des transports évités, c’est un rapport différent avec le travail que nous pouvons envisager. Car les évolutions espérées ne sont pas seulement liées au télétravail mais à une transformation du fonctionnement des entreprises qui intègreraient cette capacité de collaborer à distance.
C’est donc une nouvelle culture qui pourrait se construire sur un équilibre différent entre présentiel et distanciel, avec une modification substantielle du management et du rapport à l’environnement de travail.

De nouveaux équilibres dans la relation aux entreprises

Pour ce qui concerne la décision de départ à la retraite, un des facteurs clefs est « l’usure professionnelle », un phénomène complexe d’accumulation de petites et de grandes fatigues, de lassitudes et de ras-le-bol, où l’expérience ne compense plus l’avancée en âge.
Est-ce que cette usure professionnelle pourrait être compensée par un recours plus large au télétravail qui deviendrait une source de satisfaction dans cette relation complexe au travail, vécue le plus souvent comme une nécessité autant qu’une contrainte ?
Réduire l’aspect contraignant peut-il influencer durablement la relation au travail en la rendant plus supportable, voire plus agréable ?

Ce phénomène positif sera sans doute contrebalancé partiellement par les inconvénients du télétravail qui n’ont pas encore été assez étudiés : confusion de l’environnement professionnel avec la sphère personnelle, difficulté d’aménager un lieu complètement adapté dans son espace privé, rythme déséquilibré dans un univers sans horaires établis, solitude potentielle dans l’exercice de son métier en l’absence de collègues…
Autant de facteurs qui doivent nous interroger sur le bon équilibre entre présentiel et distanciel, mais aussi sur notre relation à l’environnement professionnel. Un équilibre complexe qui peut évoluer aussi bien dans le temps que par rapport à l’objet même de notre activité.
A certains moments nous aurons sans doute besoin de limiter le télétravail pour privilégier le partage en présence et les interactions cognitives, alors qu’à d’autres phases nous ressentirons la nécessité, ou l’envie, de nous concentrer sur des tâches plus individuelles ou des échanges formalisés, que le télétravail sait désormais relativement bien appréhender.

 

Souhaitons qu’après cette période inédite et contrainte de confinement, l’utilisation du télétravail va se généraliser dans des proportions qui restent à déterminer, mais sans commune mesure avec l’usage expérimental et frileux qui en était fait avant la crise sanitaire.
Nous pourrons alors mesurer si ces nouveaux équilibres modifient notre relation au travail et aux entreprises, et si, in fine, nous chercherons à rester plus longtemps dans un monde professionnel qui se ferait plus « satisfaisant » pour chacun de ses collaborateurs.

Un commentaire sur “À la recherche progressive de nouveaux équilibres : télétravail et relation au travail.

  1. Bonjour Guillaume,
    Pour ajouter un peu plus encore de complexité à cette nécessaire réflexion sur le télétravail, j’ai trouvé intéressant le Monde Campus de jeudi dernier (18.06) qui renverse des préjugés sur les jeunes et le télétravail (« L’écran brouille les codes »). Il pose également la question de l’action sociale auprès des jeunes et complète bien l’interview de Danièle Linhart dans Le Un du 20 mai. Toute une batterie de questions est levée qui nécessiteront le temps de la réflexion. On verra ce que donne les réunions fixées d’ici à la rentrée et si il est possible de trouver une position paritaire sans négocier un ANI.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.